La Joie

  • Posted on: 6 March 2016
  • By: admin-principal

Tu dois chercher la Joie : l'absence de Joie est un suicide lent.
La Joie est l'exultation que produit la délivrance d'un esclavage.
Les joies du monde sont elles-mêmes esclavage, car elles sont causées par la
possession de la chose désirée:la crainte de la perdre empoisonne la joie de
cette possession.
Le plaisir n'est pas joie, mais satisfaction;toute exaltation n'est pas
joie:telle l'exaltation du cerveau ou des sens qui n'atteint que l'état nerveux,
donc physique et mental;l'émotion sentimentale est relative à la "Personne",
donc n'est pas de la Joie réelle.
La Joie est un mouvement du Feu vivant, qui émeut l'âme d'une vibration de sa
nature.
Cette vibration ne peut être produite que si la cause -morale ou physique-
augmente la vitalité par un éclair de conscience.
Car l'âme, étant Feu et Lumière, vit de Feu et de Lumière;sa tendance
est:dilatation jusqu'à l'Universel; donc sa Joie est libération des entraves du
"personnel".
La joie du monde s'éteint par la douleur; la vraie Joie est impersonnelle : elle
ignore la douleur, dont elle fait son combustible.
L'absence de Joie témoigne d'atonie, de satiété, ou de satisfaction de soi-même
qui neutralise la vie. C'est l'absence de sacrifice; la sagesse populaire
appelle "feu de joie" un bûcher dont le combustible est un travail humain,
objets, écrits ou souvenirs.
Pour le chercheur de Lumière chaque brisure est une Joie, car elle supprime un
obstacle.
La Joie du monde se manifeste en s'extériorisant; la Joie réelle se concentre,
pour se multiplier en attisant sa source.
La Paix se conquiert, la Joie est générée.
Toute tristesse est relative, oeuvre de négation et aveu d'esclavage;elle est
impuissante et stérile.
La Joie est la signature de l'être libéré.
La Joie est affirmation du Réel.
Cette Joie n'est conditionnée que par sa propre essence. Cette essence est le
Feu vivant;s'il est actif, il rayonne, et son rayonnement est Joie.
La Joie est la radiation d'un Soleil;elle peut être obscure ou lumineuse, selon
l'objet qui la reflète:la créature la fixe et s'en illumine;le silence du Ciel
la dilate et l'ajoute au trésor commun.
La Joie des Sages est ce trésor, et conscience de l'Homme cosmique.

Isha Schwaller de Lubicz - L'Ouverture du Chemin